Categories : Musique

Musique et émergence de l'écrit: rythmons la vie des tout-petits!

20/11/2019 14:05:00

Partager ce contenu

Depuis nombre d’années, les chercheurs s’intéressent aux relations entre le développement musical et l’émergence de l’écrit chez l’enfant d’âge préscolaire (Gordon, Fehd et McCandliss, 2015). À ce jour, les résultats issus de la recherche ont démontré que certaines habiletés musicales seraient positivement corrélées aux habiletés langagières et à l’émergence de l’écrit chez les enfants de 3 à 5 ans (Anvari, Trainor, Woodside et Levy, 2002; Ozernov-Palchik, Wolf et Patel, 2018; Politimou, Dalla Bella, Farrugia et Franco, 2019). D’autres études suggèrent que la pratique d’activités musicales aurait pour effet d’améliorer les habiletés musicales de l’enfant d’âge préscolaire et de soutenir le développement de sa conscience phonologique, à la condition qu’elle soit régulière (Bolduc, 2009; Bolduc et Lefebvre, 2012; Degé et Schwarzer, 2011; Herrera, Lorenzo, Defior, Fernandez-Smith et Costa-Giomi, 2011; Patscheke, Degé et Schwarzer, 2016; Politimou et collab., 2019). Ce billet présente un aperçu des dernières données provenant de la recherche à ce sujet et propose des activités musicales à intégrer au quotidien des tout-petits, dans les services de garde éducatifs à la petite enfance et à l’éducation préscolaire.

L’association entre le développement des habiletés musicales et des habiletés liées à l’émergence de l’écrit

Les résultats d’une recherche corrélationnelle menée auprès de 100 enfants de 4 à 5 ans suggèrent qu’en plus d’être positivement associée au développement de la conscience phonologique, l’habileté à discriminer les sons en fonction de leur durée et de leur hauteur serait prédictive du développement des habiletés en lecture (Anvari et collab., 2002). De façon convergente, une recherche réalisée auprès des tout-petits a démontré que, dès l’âge de 3 ans, les capacités à percevoir et à produire le rythme et la mélodie seraient prédictives des habiletés langagières (Politimou et collab., 2019). Enfin, selon les données d’une autre étude menée auprès de 74 enfants de 5 ans, l’habileté à discriminer des motifs rythmiques serait significativement et positivement corrélée à celle de manipuler des sons (segmenter ou supprimer des syllabes) et celle d’associer le son d’un phonème à la lettre correspondante (Ozernov-Palchik et collab., 2018). En somme, tous ces auteurs indiquent une association positive entre le développement des habiletés musicales et langagières, et soulignent qu’un environnement musicalement riche favoriserait l’acquisition des compétences musicales et langagières de l’enfant. Cela nous amène à nous questionner sur les pratiques musicales à encourager dès la petite enfance afin de soutenir l’émergence des habiletés musicales et langagières.

Les effets d’un programme d’éducation musicale sur le développement langagier

À ce sujet, nombre de chercheurs suggèrent que la participation à un programme d’éducation musicale, en contexte de grand groupe, soutiendrait le développement de la conscience phonologique (Bolduc, 2009; Bolduc et Lefebvre, 2012; Degé et Schwarzer, 2011; Moritz, Yampolsky, Papadelis, Thomson et Wolf, 2013; Patscheke et collab., 2016). Alors que certaines recherches démontrent que l’implantation d’un programme combinant des activités de conscience phonologique et des comptines serait plus favorable au développement d’habiletés de conscience phonologique que l’implantation d’un tel programme dans lequel aucune activité musicale n’est offerte (Bolduc et Lefebvre, 2012; Herrera et collab., 2011), d’autres indiquent que la participation à un programme d’éducation musicale serait aussi efficace qu’un programme de conscience phonologique quant au développement des habiletés langagières (Degé et Schwarzer, 2011; Patscheke et collab., 2016). Bien qu’une relation causale entre la pratique de la musique et le développement de la conscience phonologique soit proposée, certaines précautions doivent être prises lors de l’interprétation des résultats des études citées ci-dessus, en raison de l’absence de groupes témoins (Bolduc, 2009; Moritz et collab., 2013) ou d’une attribution non aléatoire des participants (Bolduc, 2009). De plus, des variables, telles que la durée de l’intervention, sont à considérer lors de l’implantation d’un programme d’éducation musicale au préscolaire: les programmes dont la durée de l’intervention est plus longue seraient plus efficaces (Gordon et collab., 2015). En somme, à la lumière des résultats ci-dessus, il apparait favorable d’intégrer la musique au quotidien des tout-petits, dans les services à la petite enfance et à l’éducation préscolaire.

Des idées d’activités musicales à intégrer en classe

Ainsi, la pratique régulière d’activités musicales, lorsque proposée en fonction des champs d’intérêt des enfants, pourrait soutenir le développement des habiletés liées à l’émergence de l’écrit. D’abord, les activités de discrimination amènent les enfants à porter une attention particulière à l’intensité, à la hauteur, au contour mélodique, au tempo ou au timbre des sons qu’ils entendent. L’enfant peut qualifier ce qu’il entend et l’associer à un symbole (p. ex., l’éducatrice ou l’enseignante présente un petit et un gros cercle à l’enfant et lui demande d’associer le son qu’il entend au cercle correspondant). Il peut aussi repérer un son parmi d’autres (p. ex., l’éducatrice ou l’enseignante joue deux ou trois notes contrastantes dans leur intensité et invite l’enfant à repérer laquelle était la plus forte). Ensuite, le fait de réciter des comptines et des chansons amène les enfants à jouer avec les sons et à s’initier à de nouveaux mots. En effet, l’apprentissage d’une comptine comprend plusieurs étapes qui permettent de jouer rythmiquement avec les mots, les syllabes, les rimes, ou encore, les phonèmes. On peut dénombrer le nombre de syllabes de chacun des mots et chercher les mots qui riment, ou encore, substituer un mot par un autre, ou omettre un mot de la comptine et demander aux enfants de détecter le changement. 

Par exemple: Dans la comptine Crème glacée, on peut substituer le mot glacée par fouettée. Cela donnera:

Crème fouettée

Limonade sucrée

Dis-moi le nom 

De ton cavalier

A, B, C, D…

On peut aussi faire suivre une comptine de deux motifs rythmiques et demander aux enfants de les comparer ou de les qualifier: pareils ou différents? La lecture et la création de partitions imagées sont également à expérimenter avec les enfants. En associant chacune des phrases d’une comptine à une illustration, il est possible de représenter la comptine et de la réciter en prenant soin de suivre les dessins, de gauche à droite. Une autre façon d’accompagner la récitation d’une comptine est d’illustrer la pulsation par un symbole (p. ex., quatre cœurs représentés de gauche à droite) et de demander à l’enfant de suivre la pulsation à l’aide de son doigt musicien. Enfin, il est intéressant de proposer aux enfants d’écrire la partition des sons qu’ils entendent. Si des symboles leur ont été enseignés lors des activités de discrimination auditive, les enfants seront peut-être tentés de les utiliser pour représenter ce qu’ils entendent, ou encore, pour créer leurs propres œuvres musicales (p. ex., cercles de différentes grosseurs pour illustrer l’intensité).

Conclusion

Comme nous l’avons vu, plusieurs recherches ont démontré qu’un environnement riche sur le plan musical serait associé au développement du langage et de la littératie (Anvari et collab., 2002; Ozernov-Palchik et collab., 2018; Politimou et collab., 2019), et que la pratique régulière d’activités musicales interactives serait favorable au développement des habiletés musicales et de la conscience phonologique (Bolduc, 2009; Bolduc et Lefebvre, 2012; Degé et Schwarzer, 2011; Herrera et collab., 2011; Patscheke et collab., 2016; Politimou et collab., 2019). L’apprentissage de comptines, les activités de discrimination auditive et l’utilisation de partitions imagées sont des activités musicales à proposer régulièrement à la petite enfance et au préscolaire. 

Références

Anvari, S. H., Trainor, L. J., Woodside, J. et Levy, B. A. (2002). Relations among musical skills, phonological processing, and early reading ability in preschool children. Journal of Experimental Child Psychology, 83(2), 111-130. https://doi.org/10.1016/S0022-0965(02)00124-8

Bolduc, J. (2009). Effects of a music programme on kindergartners’ phonological awareness skills 1. International Journal of Music Education, 27(1), 37-47. https://doi.org/10.1177/0255761408099063

Bolduc, J. et Lefebvre, P. (2012). Using nursery rhymes to foster phonological and musical processing skills in kindergarteners. Creative Education, 3(4), 495-502. https://doi.org/10.4236/ce.2012.34075

Degé, F. et Schwarzer, G. (2011). The effect of a music program on phonological awareness in preschoolers. Frontiers in Psychology, 2, 124. https://doi.org/10.3389/fpsyg.2011.00124

Gordon, R. L., Fehd, H. M. et McCandliss, B. D. (2015). Does music training enhance literacy skills? A meta-analysis. Frontiers in Psychology, 6, 1777. https://doi.org/10.3389/fpsyg.2015.01777

Herrera, L., Lorenzo, O., Defior, S., Fernandez-Smith, G. et Costa-Giomi, E. (2011). Effects of phonological and musical training on the reading readiness of native- and foreign-Spanish-speaking children. Psychology of Music, 39(1), 68-81. https://doi.org/10.1177/0305735610361995

Moritz, C., Yampolsky, S., Papadelis, G., Thomson, J. et Wolf, M. (2013). Links between early rhythm skills, musical training, and phonological awareness. Reading and Writing, 26(5), 739-769. https://doi.org/10.1007/s11145-012-9389-0

Ozernov-Palchik, O., Wolf, M. et Patel, A. D. (2018). Relationships between early literacy and nonlinguistic rhythmic processes in kindergarteners. Journal of Experimental Child Psychology, 167, 354-368. https://doi.org/10.1016/j.jecp.2017.11.009

Patscheke, H., Degé, F. et Schwarzer, G. (2016). The effects of training in music and phonological skills on phonological awareness in 4- to 6-year-old children of immigrant families. Frontiers in Psychology, 7, 1647. https://doi.org/10.3389/fpsyg.2016.01647

Politimou, N., Dalla Bella, S., Farrugia, N. et Franco, F. (2019). Born to speak and sing: Musical predictors of language development in pre-schoolers. Frontiers in Psychology, 10, 948. https://doi.org/10.3389/fpsyg.2019.00948

Droit d'auteur : Cathy Yeulet / 123RF Banque d'images

Partager ce contenu