Categories : Lecture

La motivation à lire chez les lecteurs débutants

06/01/2021 13:00:00

Partager ce contenu

Tout enseignant le dira : un jeune élève motivé à apprendre à lire est un élève qui lit habituellement plus, donc qui risque davantage d’obtenir de bons résultats scolaires en lecture en 1re année du primaire. Depuis plusieurs années, les chercheurs font en effet ressortir la corrélation entre la motivation à lire et la réussite en lecture à l’école. Mais qu’entend-on par motivation à l’égard de la lecture? Et peut-on aider un élève à être plus motivé à lire? Voici les réponses à ces questions.

La motivation : un concept difficile à définir

Un peu avant les années 2000, Wigfield et Guthrie ont travaillé sur la motivation à lire et ont créé un questionnaire pour l’évaluer. Ces chercheurs distinguent la motivation intrinsèque de la motivation extrinsèque à lire. La motivation intrinsèque inclut : 1) la curiosité, donc l’envie d’en apprendre plus sur un sujet d’intérêt; 2) l’engagement, c’est-à-dire le fait de s’immerger dans une histoire ou de vivre une expérience imaginaire; 3) la recherche de défis à travers du matériel de lecture qui pose un certain degré de difficulté. La motivation extrinsèque, quant à elle, inclut : 1) le souhait de réussir une année scolaire; 2) le désir de surpasser les autres élèves en lecture à l’école; 3) l’envie de recevoir une reconnaissance liée à ses performances en lecture. 

Chez des lecteurs de 3e année, des études ont montré que la motivation intrinsèque est corrélée à de meilleurs résultats en compréhension de textes, alors que la motivation extrinsèque ne l’est pas (études citées dans Stutz, Schaffner et Schiefele, 2016). Ce lien pourrait s’expliquer par le fait que les élèves qui sont motivés passent plus de temps à lire pour le plaisir dans leurs moments de loisir. Le lien entre la motivation intrinsèque et les résultats en compréhension en lecture est moins évident pour des élèves de 1re et 2e année. Deux hypothèses à cette observation peuvent être émises : 1) la motivation est peut-être plus difficile à évaluer chez les plus jeunes, car ils n’ont pas les mêmes capacités d’analyse et d’introspection que les plus vieux; 2) les lecteurs débutants ont peut-être besoin d’avoir un niveau de compétence de base pour développer une réelle motivation à lire. Dans tous les cas, la motivation intrinsèque pourrait quand même être liée à de meilleurs résultats en compréhension de textes chez les lecteurs débutants, mais de manière moins importante que chez les lecteurs avancés (Stutz et collab., 2016).    

Favoriser la motivation à lire

Comme il est admis que l’enseignement de la lecture devrait s’appuyer sur la motivation intrinsèque à lire et non seulement sur les compétences en lecture elles-mêmes, il est utile d’explorer une question : la motivation à lire peut-elle réellement être stimulée? Une méta-analyse récente s’est penchée sur la question de l’impact d’interventions favorisant la motivation à lire sur la réussite scolaire en lecture et sur la motivation elle-même (McBreen et Savage, 2020). Les résultats laissent supposer que des interventions variées visant à encourager la motivation à lire peuvent avoir un effet sur la réussite en lecture. L’impact sur la motivation intrinsèque elle-même est plus difficile à confirmer, mais un effet significatif des interventions sur la valeur qu’accordent les élèves à la lecture est quand même noté. Bref, il semble pertinent d’essayer d’encourager le développement de la motivation à lire.

Concrètement, plusieurs interventions peuvent être réalisées. Même si certaines s’appliquent moins bien aux lecteurs débutants, comme le fait d’encourager le recours à des stratégies métacognitives afin que les élèves puissent, notamment, évaluer leur motivation et leurs apprentissages, d’autres apparaissent complètement adaptées, comme :

  • proposer des textes authentiques et intéressants;
  • augmenter la perception de la pertinence de lire en favorisant la manipulation;
  • donner le choix des textes à lire;
  • faire des activités d’enrichissement en lien avec les lectures;
  • laisser les élèves démontrer leurs connaissances à la suite des lectures.

L’efficacité de chacune de ces stratégies prises isolément reste toutefois à explorer. 

En résumé

La motivation à lire est un élément moins tangible que l’apprentissage de la lecture lui-même, puisqu’il s’agit d’un concept difficile à quantifier qui peut être interprété de différentes façons. De plus, les études ne convergent pas toutes pour répondre à la question : qu’est-ce qu’un élève motivé à lire? Il n’en demeure pas moins qu’un lecteur débutant gagne à développer une motivation à lire, notamment pour améliorer ses habiletés de compréhension des textes, et que certaines interventions apparaissent efficaces pour favoriser le développement de sa motivation à lire.   

Références

McBreen, M. et Savage, R. (2020). The Impact of Motivational Reading Instruction on the Reading Achievement and Motivation. Educational Psychology Review. https://doi.org/10.1007/s10648-020-09584-4

Stutz, F., Schaffner, E. et Schiefele, U. (2016). Relations among reading motivation, reading amount, and reading comprehension in the early elementary grades. Learning and Individual Differences, 45, 101–113. https://doi.org/10.1016/j.lindif.2015.11.022

Droit d'auteur : tomwang / 123RF Banque d'images

Partager ce contenu

Articles en relation