Categories : Langage écrit

Des graphèmes plein la trousse : un matériel d'intervention pour généraliser l'apprentissage des correspondances graphèmes-phonèmes

11/11/2020 13:00:00

Partager ce contenu

Lorsqu’un enfant apprend à lire, il doit mémoriser et généraliser plusieurs correspondances graphème-phonème. Or certaines correspondances portent parfois à confusion et demandent plus de pratique avant d’être généralisées (ex. : b/d/p/q, ain-ein/ion/oin, c dur et c doux). Le matériel d’intervention Des graphèmes plein la trousse a été conçu pour pouvoir travailler de façon ciblée les confusions courantes liées aux correspondances graphèmes-phonèmes.

Comment le projet Des graphèmes plein la trousse a-t-il vu le jour?

C’est par une belle journée d’été en compagnie d’amies orthophonistes que le concept Des graphèmes plein la trousse est né. Nous avions alors une discussion sur le matériel d’intervention que nous aimerions avoir pour aider nos jeunes, mais qui n’existait pas encore. Travaillant toutes les trois avec une clientèle scolaire, nous devions rédiger, chacune de notre côté, des petits textes pour nos élèves quand nous voulions généraliser l’apprentissage d’une correspondance graphème-phonème (lettre-son) particulière. Si plusieurs enfants apprennent à lire aisément grâce à l’enseignement dispensé en classe et au contact des livres, pour d’autres, la lecture est un réel défi. Ce sont pour ces derniers que nous avons besoin de matériel d’intervention spécialisé en langage.

Du matériel de base pour travailler la distinction des graphèmes et des mots contenant des graphies ciblées existe déjà, mais des textes visant la généralisation avec une forte occurrence de graphèmes ciblés, cela n’avait pas encore été proposé et c’est pourtant ce dont nous avions besoin. Pourquoi alors ne pas créer nous-mêmes ce matériel spécialisé? Et voilà comment Des graphèmes plein la trousse venait de germer dans nos esprits!

Comment le matériel a-t-il été élaboré?

Nous avons d’abord dressé la liste des graphèmes qui entrainent le plus souvent des confusions lors du décodage chez les lecteurs débutants ou en difficulté. Puis, avec rigueur et en nous souciant de la progression des apprentissages faite par les élèves, nous avons utilisé la liste orthographique du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS, 2014) pour obtenir des listes de mots par cycle (1er, 2e et 3e cycle du primaire) que nous avons intégrés dans des textes spécialement créés pour généraliser l’apprentissage des graphèmes. Nous avons également pris soin d’adapter les textes et essayé le plus possible de respecter les types de textes narratifs auxquels les enfants sont exposés à chaque cycle. Ainsi, non seulement le vocabulaire, mais la longueur des textes ainsi que les structures de phrases et les inférences qu’ils contiennent ont été pensées en fonction de chaque niveau scolaire. Il arrive parfois que le vocabulaire soit un peu plus complexe ou un peu plus simple pour le niveau ciblé, mais ce choix était délibéré, puisque notre objectif principal demeurait d’exposer l’enfant à une forte occurrence des graphies ciblées pour l’aider à maitriser le décodage de ladite graphie. Les sujets sont variés et tantôt réalistes, tantôt fantastiques.

En quoi consistent les deux cahiers complémentaires à la trousse?

À partir du boitier Des graphèmes plein la trousse, nous avons également élaboré un matériel complémentaire pour que les divers intervenants puissent optimiser ce matériel pédagogique et accompagner les enfants dans le développement de leurs habiletés de compréhension de lecture. Ainsi, pour chaque texte, différents types de questions ont été rédigées. Pour les textes du niveau 1 (1er cycle), les questions font appel aux habiletés de repérage et de compréhension d’inférences simples. Pour les textes des niveaux 2 et 3 (2e et 3e cycle), les questions mettent de l’avant les habiletés des élèves à repérer de l’information de même qu’à comprendre les inférences et les anaphores. 

Des graphèmes plein la trousse, c’est…

149 textes narratifs ludiques, chacun composé pour inclure une forte proportion de mots comportant des graphèmes ciblés (ex.: a, an-am, b, d, p, q, ain-ein, ion, oin). Le boitier inclut aussi six textes comportant une forte proportion de mots irréguliers pour amener les élèves à bâtir ou à consolider leur lexique orthographique.

Deux documents complémentaires sont également disponibles pour travailler la compréhension en lecture à partir des textes de la trousse.

Référence

MELS. (2014). Liste orthographique à l’usage des enseignantes et des enseignants. Français, langue d’enseignement. http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/dpse/formation_jeunes/ListeOrthographique_Primaire.pdf

Partager ce contenu