Categories : Psychologie

L’anxiété chez les enfants (2)

28/02/2018 14:32:16

Partager ce contenu

Nous avons expliqué la semaine dernière ce qu’est l’anxiété et nous en avons présenté les manifestations. Nous vous présentons cette semaine les différents troubles anxieux et les façons de les traiter.

 

Les différents troubles anxieux

Il existe différents types de troubles anxieux chez les enfants qui diffèrent notamment par la nature des peurs ou des inquiétudes qui les caractérisent. Ils sont présentés ici en ordre de prévalence. Notons que depuis la publication du DSM-5, le trouble obsessionnel-compulsif et le trouble de stress posttraumatique ne font plus partie de la catégorie des troubles anxieux, mais de celle des troubles obsessionnels-compulsifs et apparentés, et des troubles liés à des traumatismes ou à des facteurs de stress, respectivement.

D’abord, le trouble d’anxiété généralisée se caractérise par la présence d’inquiétudes excessives, difficilement contrôlables et persistantes qui sont présentes presque tous les jours, et ce, depuis au moins six mois. Les sujets d’inquiétudes peuvent être multiples et concerner l’école, la famille, la santé de l’enfant ou celle de ses proches, le domaine social (p. ex., se faire des amis, son apparence physique), les choses qui se passent dans le monde (p. ex., les catastrophes naturelles ou les conflits), les performances à l’école (même si le jeune est bon à l’école, il peut s’en inquiéter), dans les sports ou dans les arts, ou les situations de la vie quotidienne (p. ex., être en retard, les sujets mineurs). Les enfants qui présentent un trouble d’anxiété généralisée s’inquiètent habituellement des situations nouvelles ou incertaines (p. ex., les sorties scolaires, les débuts d’année à l’école, les changements dans l’horaire, les changements de professeurs ou d’éducateurs, les déménagements, etc.). Lorsqu’ils s’inquiètent, ils peuvent également ressentir de la fatigue, des difficultés de concentration, de l’agitation motrice, de l’irritabilité, des tensions musculaires ou encore manifester des perturbations du sommeil.

Le trouble d’anxiété de séparation quant à lui est caractérisé par une peur excessive concernant la séparation d’avec sa ou ses principales figures d’attachement, le plus souvent ses parents. Ainsi, un enfant peut craindre qu’il arrive un malheur à ses parents ou à lui-même (p. ex., un accident, une maladie, être kidnappé, etc.) qui ferait en sorte qu’ils seraient séparés. Il peut aussi manifester des maux de ventre, de cœur ou de tête lors des situations de séparation ou en anticipation de celles-ci, ainsi qu’une peur de rester seul, par exemple dans une pièce de la maison ou dans des toilettes publiques. La crainte de dormir sans ses parents ou encore de se faire garder est également possible. Le trouble d’anxiété de séparation peut avoir des impacts considérables sur l’enfant, mais aussi sur les parents qui vont parfois adapter leur vie autour de celle de l’enfant, pouvant en venir à s’empêcher de vaquer normalement à leurs occupations quotidiennes ou à sortir à l’extérieur de la maison sans leur enfant.

Les phobies spécifiques sont une peur intense d’un objet ou d’une situation spécifique comme de certains animaux, des hauteurs, des orages et des éclairs, de la noirceur, des bruits forts, des personnages déguisés comme les mascottes, des injections, du sang, de s’étouffer, de vomir, etc. Chez les enfants, la peur peut s’exprimer par des pleurs, des accès de colère et des comportements d’opposition. Un enfant peut également figer ou s’agripper à l’adulte lorsqu’il est face à l’objet ou à la situation qui lui fait peur.

Les enfants qui présentent un trouble d’anxiété sociale ressentent une peur intense d’une ou de plusieurs situations sociales par crainte d’être jugés négativement. Spécifiquement, ils peuvent craindre de se joindre à une conversation, d’effectuer des travaux en équipe, de parler à des adultes ou à des personnes qu’il connait peu ou pas, de manger devant d’autres personnes, d’aller à la toilette publique, etc. Les enfants peuvent également avoir peur de faire des choses embarrassantes, de faire des erreurs ou d’être observés, notamment lors de situations de performance (p. ex., répondre à une question en classe, écrire au tableau, lire devant la classe, passer un examen, effectuer une présentation orale, etc.). Le trouble d’anxiété sociale peut engendrer plusieurs conséquences pour un enfant qui en souffre, notamment le fait que celui-ci peut se retrouver isolé socialement. Par ailleurs, un des défis lorsqu’on évalue ce trouble est de le distinguer la timidité qui fait peut-être partie du tempérament d’un enfant ou la gêne vécue par l’ensemble des adolescents à un moment ou à un autre.

Le trouble panique quant à lui est défini par des attaques de panique récurrentes et inattendues caractérisées par une montée d’anxiété brusque et intense comportant des sensations physiques (p. ex., le cœur qui bat vite, une pression thoracique, de l’essoufflement, des bouffées de chaleur, des tremblements, des engourdissements, etc.) ou des symptômes psychologiques comme une impression de dépersonnalisation ou d’irréalité, une peur de perdre le contrôle ou de devenir fou ou une peur de mourir. Un enfant qui en souffre peut également avoir des sensations de vertige ou avoir peur de perdre connaissance. Notons que les attaques de panique peuvent être conséquentes à un autre trouble anxieux, et ce, sans la présence d’un trouble panique. En effet, dans le trouble panique, l’enfant va habituellement craindre ses sensations physiques, anticiper les attaques de panique ou craindre les conséquences possibles de celles-ci (p. ex., faire une crise cardiaque, que les autres s’en rendent compte, etc.). Il va aussi modifier ses comportements, par exemple en évitant les situations qui peuvent déclencher les attaques de panique comme l’exercice physique ou des situations non familières. Ce trouble débute plus souvent à la préadolescence.

L’agoraphobie se caractérise par une anxiété marquée de se retrouver dans des transports en commun, des endroits ouverts ou clos, des files d’attente, des foules ou d’être seul à l’extérieur du domicile. Typiquement, les enfants qui en souffrent craignent ou évitent ces situations parce qu’ils pensent qu’ils auraient de la difficulté à s’en échapper s’ils manifestaient une attaque de panique ou si d’autres symptômes incapacitants ou embarrassants survenaient (p. ex., des symptômes gastro-intestinaux, de l’incontinence urinaire, etc.).

Enfin, le mutisme sélectif est également considéré comme un trouble anxieux dans le DSM-5. Il est défini comme étant une incapacité à parler dans des situations sociales spécifiques, comme à l’école, alors que l’enfant devrait être en mesure de parler et qu’il parle dans d’autres situations. Ce trouble ressemble beaucoup au trouble d’anxiété sociale et est souvent concomitant. D’autres études sont nécessaires pour mieux comprendre le mutisme sélectif, notamment pour savoir comment bien le différencier du trouble d’anxiété sociale.

Le défi d’évaluation de tous les troubles anxieux est généralement de départager l’anxiété normale de l’anxiété pathologique. Par ailleurs, il est souvent ardu de distinguer les troubles anxieux entre eux ou d’autres troubles de santé mentale qui présentent des manifestations cliniques similaires (p. ex., le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité, le trouble d’opposition avec provocation, la dépression, etc.). En effet, cela semble peut-être simple lorsqu’on lit les critères diagnostiques des troubles anxieux, mais les manifestations anxieuses sont vastes, elles se ressemblent ou ressemblent à celles associées à d’autres troubles de santé mentale, ou alors elles paraissent non spécifiques, ce qui ajoute au défi du diagnostic.

 

Le traitement des troubles anxieux

Les études montrent que les troubles anxieux apparaissent le plus souvent avant l’âge de 11 ans et qu’ils perdurent à l’âge adulte lorsqu’ils ne sont pas traités. De plus, en l’absence de traitement, ils se chronicisent et d’autres troubles anxieux ou la dépression, par exemple, risquent de se développer. Le dépistage est donc très important, surtout qu’il existe une thérapie cognitive et comportementale efficace dans le traitement des troubles anxieux chez les enfants. En effet, entre 65 % et 95 % des enfants seraient en rémission de leur trouble anxieux à la suite de cette intervention et ses effets se maintiendraient jusqu’à 9 ans après les interventions (les études longitudinales ne se rendent pas plus loin dans leurs suivis actuellement).

La thérapie cognitive et comportementale vise à enseigner aux enfants des stratégies de gestion efficaces de l’anxiété en travaillant sur les trois types de manifestations de l’anxiété dont il a été question dans le billet précédent. Les parents ont un rôle très important à jouer dans cette thérapie, car plus de 80 % d’entre eux présenteraient également un trouble anxieux et adopteraient des pratiques et des attitudes parentales pouvant maintenir ou aggraver les difficultés d’anxiété de leur enfant (p. ex. le renforcement des comportements d’évitement, la transmission intergénérationnelle des biais cognitifs, la surprotection, le contrôle excessif, la minimisation ou l’amplification des difficultés, etc.).

Les intervenants qui œuvrent auprès des enfants sont à même de pouvoir dépister les difficultés d’anxiété possibles chez les jeunes et de les référer à un professionnel de la santé mentale habilité à évaluer et à traiter ces difficultés, comme les psychologues. Voici quelques-unes des manifestations observables à l’école ou dans le bureau d’un intervenant :

  • l’enfant semble timide et manifeste toujours des difficultés à interagir avec les autres enfants ou l’intervenant, et ce, même après 15 à 20 minutes de rencontre;
  • l’enfant explore peu son environnement (il semble plutôt inhibé) ou, au contraire, il devient agité dans certaines situations (p. ex. lors d’un examen);
  • l’enfant pose beaucoup de questions et de façon récurrente, notamment sur les activités à venir, les moments de transition, l’horaire, sa performance, etc., et semble peu rassuré par les réponses données;
  • l’enfant nomme des inquiétudes ou des sensations physiques associées à l’anxiété;
  • l’enfant s’oppose systématiquement devant certaines tâches ou activités (p. ex., la dictée, l’éducation physique, l’art plastique ou la musique, les situations d’évaluation, etc.) alors qu’il ne s’oppose pas de façon générale;
  • l’enfant pleure souvent ou présente certains tics (p. ex., il joue avec son chandail, ronge ses ongles, cligne des yeux, etc.) dans des moments spécifiques alors qu’il le fait peu ou pas habituellement.

Toutes ces situations comportent des signes d’anxiété possibles qui sont à surveiller. Comme pour bien des problématiques de santé mentale, il vaut mieux référer lorsque l’on a des doutes.

 

 

Références :

American Psychiatric Association. (2015). DSM-5 : Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (5e éd. rév.; traduit par M. A. Crocq & J. D. Guelfi). Issy-les-Moulineaux, France : Elsevier Masson SAS.

Berthiaume, C. (2017). 10 questions sur l’anxiété chez les enfants et les adolescents. Québec : Midi Trente Éditions.

Couture, N., & Marcotte, G. (2011). Incroyable Moi maîtrise son anxiété. Guide d’entraînement à la gestion de l’anxiété pour les 6 à 12 ans. Québec : Midi Trente Éditions.

Couture, N., & Marcotte, G. (2014). Extraordinaire Moi calme son anxiété de performance. Guide d’intervention. Québec : Midi Trente Éditions.

Ewing, D. L., Monsen, J. J., Thompson, E. J., Cartwright-Hatton, S., & Field, A. (2015). A meta-analysis of transdiagnostic cognitive behavioural therapy in the treatment of child and young person anxiety disorders. Behavioural Cognitive Psychotherapy, 43(5), 562-577.

Gagné, N. (2010). Maman j’ai peur, chéri je m’inquiète: L’anxiété chez les enfants, les adolescents et les adultes. Québec : Les Éditions La Presse.

James, A. C., James, G., Cowdrey, F. A., Soler, A., & Choke, A. (2015). Cognitive behavioural therapy for anxiety disorders in children and adolescents (Review). The Cochrane Database of Systematic Reviews. doi: 10.1002/14651858.CD004690.pub4.

Manassis, K., Lee, T. C., Bennett, K., Zhao, X. Y., Mendlowitz, S., Saini, M., … Wood, J. J. (2014). Types of parental involvement in CBT with anxious youth: A preliminary meta-analysis. Journal of Consulting and Clinical Psychology, 82(6), 1163–1172. doi: 10.1037/a0036969

Rapee, R. M., Wignall, A., Spence, S. H., Cobham, V., & Lyneham, H. (2008). Helping your anxious child: A step-by-step guide for parents (2e éd.). Oakland, CA: New Harbinger Publications.

Rapee, R. M., Wignall, A., Hudson, J. L., & Schniering, C. A. (2000). Treating anxious children and adolescents: An evidence-based approach. Oakland, CA: Harbinger Publications.

Wang, Z., Whiteside, S. P. H., Sim, L., Farah, W., Morrow, A. S., Alsawas, M., … Murad, M. H. (2017). Comparative effectiveness and safety of cognitive behavioral therapy and pharmacotherapy for childhood anxiety disorders: A systematic review and meta-analysis, JAMA Pediatrics, 171(11), 1049-1056.

Woodruff-Borden, J., Morrow, C., Bourland, S., & Cambron, S. (2002). The behavior of anxious parents: Examining mechanisms of transmission of anxiety from parent to child. Journal of Clinical Child and Adolescent Psychology, 31(3), 364-374. http://dx.doi.org/10.1207/153744202760082621

Droit d'auteur: altanaka / 123RF Banque d'images

Partager ce contenu