Categories : Langage oral

Troubles de comportement et langage oral: quelles relations?

02/10/2019 13:30:00

Partager ce contenu

Pour un parent ou un intervenant, l’accompagnement d’un enfant ayant des difficultés d’adaptation, d’apprentissage ou de comportement constitue souvent un défi de taille. Plusieurs se sentent peu outillés pour soutenir les enfants présentant un trouble du comportement. Au cours des dernières années, la recherche a établi des liens significatifs entre les troubles du comportement et les habiletés langagières des enfants. Ainsi, d’après les faits scientifiques il serait pertinent de réfléchir plus systématiquement aux relations entre le langage oral, qui inclut la capacité à comprendre les messages verbaux et à s’exprimer oralement, et les comportements sociaux adaptés, tels que la capacité à comprendre le point de vue d’autrui, afin d’améliorer les interventions. 

Qu’entend-on par «troubles du comportement»?

Les troubles du comportement sont le reflet d’importantes difficultés d’adaptation de l’enfant. Contrairement aux difficultés comportementales qui sont présentes temporairement et qui peuvent être liées à des évènements de vie spécifiques (p. ex., un déménagement, un décès, la séparation parentale), les troubles du comportement sont persistants. Ceux-ci altèrent les interactions sociales de manière importante dans plusieurs sphères de la vie de l’enfant (p. ex., sa vie familiale, sa vie scolaire ou sa vie sociale) (Massé, Desbiens et Lanaris, 2013; MEESR, 2015). 

On distingue généralement deux catégories de troubles du comportement : les troubles intériorisés, tels que l’anxiété, la dépression et le retrait social, et les troubles extériorisés, tels que le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité, les comportements d’opposition, de provocation et les conduites agressives. Il n’est pas rare de trouver chez un même individu des troubles de comportement faisant partie des deux catégories (Goupil, 2007).

Afin de répondre aux besoins des enfants présentant un trouble du comportement, différentes interventions, comme les thérapies cognitivo-comportementales (Battagliese et autres, 2015) et l’entrainement aux habiletés sociales (Bowen, Desbiens, Gendron et Bélanger, 2013), ont été étudiées et ont démontré une certaine efficacité. Toutefois, des défis demeurent, tels que le maintien et la généralisation des effets de l’entrainement aux habiletés sociales (Durlak, Weissberg, Dymnicki, Taylor et Schellinger, 2011; Wanless et Domitrovich, 2015). Puisque ces interventions ne tiennent pas spécifiquement compte des besoins des enfants sur le plan langagier, cela soutient la pertinence de réfléchir aux relations entre le langage et les manifestations comportementales observées.

Les habiletés langagières et le comportement: l’œuf ou la poule?

Alors que les relations entre les difficultés langagières et les troubles du comportement sont parfois sous-estimées, certains chercheurs ont établi une cooccurrence de ceux-ci. Une méta-analyse portant sur la prévalence des difficultés langagières chez les enfants présentant un trouble du comportement (Hollo, Wehby et Oliver, 2014) a souligné qu’en moyenne 81 % des enfants des études analysées éprouvaient des difficultés langagières non identifiées. De plus, 47 % des enfants avaient des difficultés langagières très importantes, c’est-à-dire que le degré de celles-ci était jugé modéré à sévère.

Inversement, les enfants ayant un trouble développemental du langage identifié en bas âge auraient plus de deux fois plus de chances de présenter des difficultés comportementales (Yew et O’Kearney, 2013). Par ailleurs, une revue narrative systématique (Benner, Nelson et Epstein, 2002) rapporte que 57 % des enfants ayant des atteintes langagières présenteraient aussi un trouble du comportement.

Lorsqu’un enfant vit des difficultés développementales, on se questionne généralement sur la cause de celles-ci. Quatre hypothèses expliquant les relations entre le langage et le comportement sont avancées dans la littérature. 

  • La première hypothèse veut que les deux types de difficultés apparaissent chez un même individu de manière fortuite (Roskam et al., 2010). Toutefois, cette hypothèse semble peu probable compte tenu de la cooccurrence fréquente de celles-ci. 
  • La seconde hypothèse suggère qu’un trouble du comportement constitue une conséquence de la présence d’atteintes langagières. L’enfant ayant des difficultés langagières vivrait plus d’échecs sur le plan de la communication verbale, ce qui entrainerait des difficultés dans ses relations interpersonnelles (Petersen et autres, 2013; Van Schendel, Schelstraete et Roskam, 2013).
  • Inversement, la troisième hypothèse propose que les difficultés langagières puissent être causées par un trouble du comportement. Ainsi, les enfants présentant un trouble du comportement étant des partenaires de jeu moins prisés de leurs camarades, ils auraient des expériences sociales moins fréquentes, ce qui limiterait les possibilités de développer leur communication verbale et aurait pour effet d’entraver leur développement langagier (Van Schendel, Schelstraete et Roskam, 2013). 
  • La quatrième hypothèse, et celle qui semble la plus probable à ce jour, veut que des facteurs communs sous-jacents, tels que les pratiques éducatives, le fonctionnement neuropsychologique de l’enfant et les conditions socioéconomiques dans lesquelles il évolue, favorisent l’apparition des difficultés langagières et des troubles du comportement.

Pistes d’intervention

Actuellement, les recherches s’intéressant à l’intervention en communication verbale auprès des enfants présentant un trouble du comportement sont quasi inexistantes (Hollo, Chow et Wehby, 2018). À ce sujet, Chow et Wehby (2018) estiment que le défi prioritaire à relever est de déterminer des moyens d’intervention efficaces, tant de manière individualisée qu’en contexte de groupe, auprès de cette population.

Une piste de solution serait de s’assurer de considérer les besoins des enfants ayant un trouble du comportement de manière plus systématique. De cette façon, les intervenants seraient plus à même de dresser un profil précis de l’élève et de proposer des pistes d’intervention ciblant tous ses besoins. Enfin, l’enseignement explicite de certaines habiletés communicationnelles, notamment les habiletés pragmatiques, qui constituent la capacité à utiliser son langage en tenant compte des règles sociales, des pratiques et des usages partagés par une communauté (Dardier, 2004), pourrait s’avérer une piste de solution prometteuse. En utilisant les pratiques guidées, la modélisation et les jeux de rôle (Webster-Stratton et Taylor, 2001), il serait par exemple possible d’aider les enfants présentant un trouble du comportement à développer des habiletés conversationnelles ou la capacité à faire des inférences. Actuellement, notre équipe de recherche expérimente ce genre d’intervention et les résultats de l’étude seront disponibles sous peu.

Références

Battagliese, G., Caccetta, M., Luppino, O. I., Baglioni, C., Cardi, V., Mancini, F. et Buonanno, C. (2015). Cognitive-behavioral therapy for externalizing disorders: A meta-analysis of treatment effectiveness. Behaviour Research and Therapy, 75, 60-71.

Benner, G. J., Nelson, J. R. et Epstein, M. H. (2002). Language skills of children with EBD: A literature review. Journal of Emotional and Behavioral Disorders, 10(1), 43-56.

Bowen, F., Desbiens, N., Gendron, M. et Bélanger, J. (2014). L’entrainement aux habiletés sociales. Dans L. Massé, N. Desbiens et C. Lanaris, Les troubles du comportement à l’école: Prévention, évaluation et intervention (2e éd., p. 247­262). Montréal, Québec: Gaëtan Morin Éditeur.

Chow, J. C. et Wehby, J. H. (2018). Associations between language and problem behavior: A systematic review and correlational meta-analysis. Educational Psychology Review, 30(1), 61-82.

Dardier, V. (2004). Pragmatique et pathologies: Comment étudier les troubles de l'usage du langage. Rosny-sous-Bois, France: Bréal.

Durlak, J. A., Weissberg, R. P., Dymnicki, A. B., Taylor, R. D. et Schellinger, K. B. (2011). The impact of enhancing students’ social and emotional learning: A meta‐analysis of school‐based universal interventions. Child Development, 82(1), 405-432.

Goupil, G. (2007). Les élèves en difficulté d’adaptation et d’apprentissage (3e éd.). Montréal, Québec: Gaëtan Morin Éditeur.

Hollo, A., Chow, J. C. et Wehby, J. H. (2018). Profiles of language and behavior in students with emotional disturbance. Behavioral Disorders, 44(4), 195-204.

Hollo, A., Wehby, J. H. et Oliver, R. M. (2014). Unidentified language deficits in children with emotional and behavioral disorders: A meta-analysis. Exceptional Children, 80(2), 169-186.

Massé, L., Desbiens, N. et Lanaris, C. (2013). Les troubles de comportement à l’école: Prévention, évaluation et intervention (2e éd.). Montréal, Québec: Gaëtan Morin Éditeur.

Ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (2015). Cadre de référence et guide à l’intention du milieu scolaire: L’intervention auprès des élèves ayant des difficultés de comportement. Repéré à http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/dpse/adaptation_serv_compl/14_00479_cadre_intervention_eleves_difficultes_comportement.pdf 

Petersen, I. T., Bates, J. E., D'Onofrio, B. M., Coyne, C. A., Lansford, J. E., Dodge, K. A., Pettit, G. S. et Van Hulle, C. A. (2013). Language ability predicts the development of behavior problems in children. Journal of Abnormal Psychology, 122(2), 542-557.

Roskam, I., Stievenart, M., Meunier, J.-C., Van de Moortele, G., Kinoo, P. et Nassogne, M.-C. (2010). Comment les parents, les enseignants et les cliniciens évaluent les troubles du comportement externalisé du jeune enfant? Étude de la variabilité des jugements évaluatifs et de son impact sur le développement de l’enfant. Pratiques psychologiques, 16(4), 389-401.

Van Schendel, C., Schelstraete, M.-A. et Roskam, I. (2013). Développement langagier et troubles externalisés du comportement en période préscolaire: quelles relations? L'Année psychologique, 3(113), 375-426.

Wanless, S. B. et Domitrovich, C. E. (2015). Readiness to implement school-based social-emotional learning interventions: Using research on factors related to implementation to maximize quality. Prevention Science, 16(8), 1037-1043.

Yew, S. G. et O'Kearney, R. (2013). Emotional and behavioural outcomes later in childhood and adolescence for children with specific language impairments: Meta-analyses of controlled prospective studies. Journal of Child Psychology and Psychiatry, 54(5), 516-524. 

Webster-Stratton, C. et Taylor, T. (2001). Nipping early risk factors in the bud: Preventing substance abuse, delinquency, and violence in adolescence through interventions targeted at young children (0-8 years). Prevention Science, 2(3), 165-192.

Droit d'auteur : Nirut Sealim / 123RF Banque d'images

Partager ce contenu