Categories : Processus cognitifs

Rétablir les faits sur le TDAH : prévalence, différences et conséquences

23/11/2016 14:20:19

Partager ce contenu

 

Le trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) a reçu passablement d’attention médiatique dans les dernières années sans que le tout soit nécessairement bénéfique. Ainsi, ce trouble est souvent analysé par des « commentateurs de salon » et on entend une panoplie d’opinions sur le sujet – allant jusqu’à remettre en cause la nature même du trouble! – sans fondements empiriques. D’autres mettent de l’avant de façon alarmante la prévalence du TDAH, laissant présager des projections apocalyptiques voulant que tous les enfants en soient atteints d’ici une génération ou deux. Mais qu’en est-il dans les faits, les vrais faits scientifiques? Voici le résumé de quelques méta-analyses sur le sujet.

 

Les chiffres

Pour mieux saisir le problème du TDAH, la première question à se poser est : combien de personnes souffrent de ce trouble? Dans une imposante méta-analyse, Thomas, Sanders, Doust, Beller et Glasziou (2015) ont tenté de déterminer la prévalence réelle du TDAH. À partir de 175 études menées au cours des trente dernières années, les chercheurs concluent à une prévalence moyenne de 7,2 %. Selon ces mêmes auteurs, la prévalence du TDAH n’a pas augmenté au cours de ce laps de temps, ce qui va à l’encontre de la croyance populaire selon laquelle ce trouble est en hausse continue.

 

Des différences neurologiques

Une intéressante méta-analyse a récemment comparé les résultats d’études s’appuyant sur des résonances magnétiques fonctionnelles (fmri) réalisées sur des patients atteints du TDAH et des groupes témoins (Hart, Radua, Nakao, Mataix-Cols, & Rubia, 2013). Pour les irréductibles qui voient le TDAH comme une mode pharmacologique, sachez que l’ensemble des 44 études démontrent une tendance très claire : il y a des différences significatives dans l’activité cérébrale des patients TDAH en comparaison de ceux des groupes témoins. Lors de tâches d’inhibition (qui nécessitent d’ignorer une distraction; voir mon précédent billet sur l’attention), les patients atteints du TDAH avaient une activation plus faible dans le lobe frontal antérieur droit comparativement à ceux des groupes témoins. Lors de tâches d’attention (qui exigent de se concentrer sur la tâche), les patients ayant un TDAH avaient une activation moindre dans la région du cortex préfrontal dorsolatéral par rapport aux groupes témoins. Ainsi, cette méta-analyse met clairement de l’avant que le TDAH résulte de difficultés tangibles sur le plan neurologique, affectant les différents systèmes responsables des mécanismes attentionnels.

 

Des conséquences importantes

À part pour remettre les pendules à l’heure, pourquoi est-ce nécessaire de parler du TDAH? Eh bien, parce que ce trouble peut faire vivre son lot de difficultés aux personnes qui en souffrent. À ce sujet, Erskine et ses collaborateurs (2016) ont effectué une méta-analyse de 98 études ayant fait un suivi longitudinal d’au moins deux ans auprès d’enfants souffrant de TDAH. Les auteurs concluent que « le TDAH a des répercussions sérieuses sur la santé et le bienêtre » [traduction libre] (Erskine et al., 2016, p. 846) des personnes atteintes. Parmi ces répercussions, ils ont relevé une augmentation des facteurs de risque dans plusieurs domaines. Ainsi, les enfants présentant un TDAH ont 3,7 fois plus de chance de ne pas compléter leur secondaire et 6,7 fois moins de chance d’effectuer des études postsecondaires, comparativement à des enfants ne présentant pas de TDAH. Outre les répercussions scolaires, la présence du TDAH augmente également le risque de dépression, de bipolarité et même de tentative de suicide au courant de leur vie. Malheureusement, la méta-analyse ne permet pas de déterminer exactement la façon dont le TDAH peut être en cause. Néanmoins, à la lumière de cette étude, il apparait primordial de traiter le TDAH afin d’en amoindrir les symptômes ou, à tout le moins, d’aider les personnes à vivre avec les symptômes.

 

Quoi faire?

Quoi faire pour aider les élèves quand on n’a pas le droit de prescrire? Une intéressante méta-analyse de Sonuga-Barke et ses collègues (2013) a fait le tour des traitements non pharmacologiques du TDAH. Les chercheurs ont porté une attention toute particulière à la manière dont les résultats ont été obtenus dans les études retenues. En effet, si l’évaluateur (le parent ou le chercheur, par exemple) est au courant du traitement que reçoit l’enfant, l’évaluateur aura probablement plus tendance à noter une amélioration des symptômes chez l’enfant. Ainsi, pour éviter ce biais, les chercheurs ont limité leur corpus aux études dont l’évaluation post-traitement a été faite à l’aveugle (l’évaluateur n’était donc pas au courant du type de traitement administré à l’enfant). La méta-analyse a révélé la faible efficacité des traitements non pharmacologiques sur le TDAH. Par exemple, leurs résultats ont démontré des effets significatifs pour deux traitements non pharmacologiques : l’élimination des colorants alimentaires et une supplémentation en acides gras (omégas 3 ou 6). Mais, bien que statistiquement significatives, les tailles de l’effet en cause suggèrent des améliorations très modestes et nettement en deçà des effets observés avec un traitement pharmacologique. Par ailleurs, un traitement cognitif comportemental ou par neurofeedback n’a pas d’effet significatif[1]. Toutefois, dans une méta-analyse subséquente, Daley et ses collègues (2014) ont montré que même si la thérapie comportementale n’a pas d’effet sur les symptômes directs ou attentionnels du TDAH, elle a un effet positif sur plusieurs mesures comportementales, comme les comportements d’opposition.

Un constat se dégage de ces études. À ce jour, il semble qu’aucune approche non pharmacologique ne peut rivaliser avec l’effet de la médication pour régler les symptômes purement attentionnels. Même si l’idée ne semble pas plaire à tout le monde, la médication demeure, à l’heure actuelle, la meilleure façon d’agir sur les symptômes « attentionnels ». Par contre, même si les interventions non pharmacologiques semblent peu agir sur les symptômes neurologiques ou attentionnels du TDAH, cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas aider la personne atteinte à vivre avec ce trouble. Plus on connaitra le TDAH, plus on sera en mesure de dépister le trouble rapidement et d’aider les gens à compenser leur manque attentionnel.

 

En conclusion

Le TDAH est un trouble bien réel présent chez environ 7 % de la population et ayant potentiellement des conséquences néfastes sur le parcours scolaire et le bienêtre des personnes atteintes. Cependant, « les rapports médiatiques exagérant la prévalence du TDAH peuvent causer de la suspicion en regard du diagnostic général et stigmatiser ceux l’ayant reçu » [traduction libre] (Thomas et al., 2015, p. 849).

 

Références

Daley, D., van der Oord, S., Ferrin, M., Danckaerts., M., Doepfner, M., Cortese, S., & Sonuga-Barke, E. J. (2014). Behavioral interventions in attention-deficit/hyperactivity disorder: a meta-analysis of randomized controlled trials across multiple outcome domains. Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry, 53(8), 835-847.

Erskine, H. E., Norman, R. E., Ferrari, A. J., Chan, G. C. K., Copeland, W., Whiteford, H. A., & Scott, J. G. (2016). Long-Term Outcomes of Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder and Conduct Disorder: A Systematic Review and Meta-Analysis Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry, 55(10), 841-850.

Hart, H., Radua, J., Nakao, T., Mataix-Cols, D., & Rubia, K. (2013). Meta-analysis of functional magnetic resonance imaging studies of inhibition and attention in attention-deficit/hyperactivity disorder: exploring task-specific, stimulant medication, and age effects. JAMA Psychiatry, 70(2), 185–198.

Sonuga-Barke, E. J., Brandeis, D., Cortese, S., Daley, D., Ferrin, M., Hotlmann, M., Stevenson, J., … Sergeant, J. (2013). Nonpharmacological interventions for ADHD: systematic review and meta-analyses of randomized controlled trials of dietary and psychological treatments. American Journal of Psychiatry, 170(3), 275-289.

Thomas, R., Sanders, S., Doust, J., Beller, E., & Glasziou, P. (2015). Prevalence of attention-deficit/hyperactivity disorder: a systematic review and meta-analysis. Pediatrics, 135(4) 994-1001.

 

[1] Le nombre d’études respectant les critères est assez faible. Il reste donc du chemin à faire à la recherche et ce constat pourrait bien changer dans les années à suivre…

 

Droit d'auteur: thingass / 123RF Banque d'images

Partager ce contenu