Categories : Psychologie

Les défis des relations avec les familles vulnérables dans les services de garde

11/09/2019 13:00:00

Partager ce contenu

Établir des relations avec les familles vulnérables demeure toujours un défi dans les services de garde. Le partenariat avec les familles est essentiel au bon développement des enfants et est grandement encouragé dans le programme éducatif à la petite enfance (MFA, 2019). Il existe plusieurs modèles de relations parents-éducateurs, dont la coéducation, qui est à privilégier auprès de ce type de clientèle.

Travailler en coéducation 

La coéducation est un modèle de relation avec les familles dans lequel les éducateurs à la petite enfance travaillent à établir des liens de partenariat (Bonnabesse, 2012). Mais qu’est-ce qu’une relation de partenariat? 

La relation de partenariat est plus qu’une bonne entente entre l’éducateur et le parent; elle doit aller au-delà pour avoir les effets escomptés sur le développement des enfants. Elle est d’abord un rapport de réciprocité entre l’éducateur et les familles. Elle exige un niveau d’engagement élevé, autant de la part de l’éducateur que des parents, puisqu’elle leur demande de mener ensemble diverses activités quotidiennes sur une longue période dans le service de garde. Par exemple, ensemble, ils peuvent mener à terme un projet ou simplement s’impliquer quotidiennement en communicant par le biais de l’agenda. Parents et éducateurs doivent également instaurer une bonne écoute, du respect et de la confiance pour en arriver à créer une relation de partenariat. Une fois créée, cette relation de grande qualité a des répercussions importantes sur le développement des enfants (Cantin, 2010).

Travailler dans une visée de coéducation, c’est être constamment à la recherche de façons de maintenir la relation de partenariat avec les familles. Pour ce faire, l’éducateur doit être capable de reconnaitre le parent comme étant le premier éducateur de son enfant et il doit comprendre que son propre rôle est d’accompagner et de soutenir les familles dans le développement de leur enfant (Blanc et Bonnabesse, 2013). Cette simple reconnaissance des rôles de chacun aide à établir un respect entre l’éducateur et les parents. 

Travailler en coéducation avec les familles exige de la part des éducateurs à la petite enfance certaines compétences afin d’être en mesure d’atteindre la relation de partenariat préconisée dans ce modèle. Quatre compétences sont requises (Peeters, 2008):

1. La capacité à chercher des solutions dans des contextes conflictuels;

2. La capacité à focaliser sur la rencontre avec l’autre, celui qu’on ne connait pas; 

3. La capacité à construire les connaissances avec d’autres (collègues, parents, enfants);

4. La capacité à agir dans un but de changement.

Ainsi, la coéducation est un modèle de relation permettant d’intégrer les familles vulnérables dans les milieux de garde, puisqu’elle offre une meilleure inclusion des familles et a des effets positifs sur le développement des enfants.

Les difficultés à travailler en coéducation

Établir une relation de partenariat dans un modèle de coéducation n’est pas simple et cela l’est encore moins auprès de familles vulnérables. Plusieurs obstacles sont présents dans ce contexte particulier, ce qui rend le partenariat plus difficile à développer. 

D’abord, il existe souvent une perception d’un rapport d’inégalité entre les éducateurs et les parents vulnérables. Il peut arriver que l’éducateur considère son rôle auprès de l’enfant comme plus important, en raison du niveau de connaissances qu’il détient. Dans le même sens, les parents peuvent avoir l’impression que l’éducateur est mieux outillé qu’eux et se sentir par conséquent moins engagés auprès de leur enfant. Lorsque les parents ne voient pas ce qu’implique leur propre rôle parental, cela crée un obstacle à la relation entre eux et l’éducateur (Cheatham et Ostrosky, 2011; Gittell et Douglass, 2012). 

Il existe aussi certains préjugés chez les éducateurs (Gauvin, 2009) qui peuvent mettre un frein à leur relation avec les familles. C’est pourquoi les éducateurs gagnent à faire de la pratique réflexive, afin d’éliminer les barrières qui risquent de se créer entre les familles vulnérables et eux (Bigras, Cantin, Lemay, Messier et Naud, 2015). Ce type de pratique leur demande de réfléchir quotidiennement à leurs façons de faire. Pour y parvenir, ils peuvent discuter avec leurs collègues d’une situation qu’ils vivent ou de ce qu’ils ressentent lorsqu’ils éprouvent une difficulté relationnelle avec une famille. Ils risquent ainsi de réussir à trouver une solution à travers leurs réflexions. 

Un autre facteur qui peut influencer la relation parents-éducateurs est la méfiance que les familles vulnérables manifestent parfois vis-à-vis des services éducatifs. Cette méfiance, souvent due à de mauvaises expériences vécues par les parents, les amène à maintenir une certaine distance à l’égard du personnel des services de garde (Bigras, Dion, Doudou, Gagnon, 2017) et rend la relation difficile à développer. 

Finalement, un dernier obstacle pouvant être rencontré est la formation professionnelle inadéquate. Très souvent, les éducateurs disent se sentir démunis, mal préparés (Hedges et Lee, 2010; Tremblay et Bigras, 2008) et pas nécessairement bien formés pour établir une relation de partenariat avec les familles vulnérables, comme le propose le programme éducatif (Bigras et autres, 2017; Bigras et Japel, 2007). 

Sur le terrain, même si la relation de partenariat parents-éducateurs est favorisée dans les services de garde, celle-ci demeure malheureusement difficile à établir avec les familles plus vulnérables. Souvent, plusieurs de ces familles finissent aussi par quitter les milieux de garde. Il serait intéressant à l’avenir de bonifier la formation des éducateurs à la petite enfance afin de les aider à développer leurs compétences à établir des relations avec les familles vulnérables.

Références

Bigras, N., Dion, J., Doudou, K., Gagnon, C. (2017). Rapport de recherche sur la deuxième année du mandat d’évaluation de programme. Évaluation de l’implantation de l’approche de formation de la Halte-garderie du cœur au département des Techniques d’éducation à l’enfance du Cégep de Saint-Hyacinthe. Montréal, Québec: Université du Québec à Montréal.

Bigras, N., Cantin, G., Lemay, L., Messier, C. et Naud, M. (2015). Recension des écrits sur les pratiques éducatives les plus efficaces en milieu défavorisé pour soutenir le développement et l'apprentissage des enfants et soutenir la collaboration avec leurs parents afin de favoriser la coéducation. Montréal, Québec: Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE). Document inédit.

Bigras, N. et Japel, C. (2007). La qualité dans nos services de garde éducatifs à la petite enfance: la définir, la comprendre et la soutenir. Québec, Québec: Presses de l’Université du Québec.

Blanc, M.-C. et Bonnabesse, M.-L. (2013). Penser les relations entre parents et professionnels comme un élément essentiel de la qualité. Dans C. Bouve et S. Rayna, Petite enfance et participation (p. 105-124). Toulouse, France: Éditions Érès.

Bonnabesse, M-L. (2012). Le travail avec les familles. Dans M. Mony et D. Malleval (dir.), Penser l’éducation avec la diversité: Étayer sa pratique professionnelle (p. 51-67). Lyon, France: Éditions École Santé Social du Sud-Est – ESSSE.

Cantin, G. (2010). Représentations de futures éducatrices en services de garde à l’enfance à l’égard de la relation avec les parents. Revue des sciences de l'éducation, 36(1), 191-212. doi:10.7202/043992ar

Cheatham, G. A. et Ostrosky, M. M. (2011). Whose expertise?: An analysis of advice giving in early childhood parent-teacher conferences. Journal of Research in Childhood Education, 25(1), 24-44. doi/abs/10.1080/02568543.2011.533116

Gauvin, C. (2009). La coéducation… ou de l’existence de bien connaître son rôle d’éducatrice à la petite enfance. Le Furet, 60, 20-22. Repéré à http://data.over-blog-kiwi.com/0/45/61/33/201303/ob_049787_la-coeducation-en-question.pdf

Gittell, J. H. et Douglass, A. (2012). Relational bureaucracy: structuring reciprocal relationships into roles. Academy of Management Review, 37(4), 709-733. doi/10.5465/amr.2010.0438

Hedges, H. et Lee, D. (2010). “I understood the complexity within diversity”: preparation for partnership with families in early childhood settings. Asia-Pacific Journal of Teacher Education, 38(4), 257-272. doi: 10.1080/1359866X.2010.515939

Ministère de la Famille (MFA) (2019). Accueillir la petite enfance. Programme éducatif pour les services de garde éducatifs à l’enfance (Mise à jour). Repéré à https://www.mfa.gouv.qc.ca/fr/publication/documents/programme_educatif.pdf

Peeters, J. (2008). The construction of a new profession: a European perspective on professionalism in ECEC. Amsterdam, Hollande: SWP Publishers.

Tremblay, M. et Bigras, N. (2008). Les défis du travail dans un service de garde en contexte de vulnérabilité. Point de vue d'éducatrices. Dans N. Bigras et G. Cantin (dir.), Les services de garde éducatifs à la petite enfance du Québec. Recherches, réflexions et pratiques (p. 109-126). Québec, Québec: Presses de l’Université du Québec.

Droit d'auteur : yobro10 / 123RF Banque d'images

Partager ce contenu